Optimisation fiscale (et retraite)

Bonjour,

Alors tout d’abord un grand merci à ceux qui pourront m’aider :slight_smile: , je me pose pas mal de questions en ce moment.

Voilà, je viens de finir mes études, les deux dernières années à l’université de Genève, j’étais déjà rémunéré et j’habitais en France. Pour la discussion qui va suivre je n’ai pas souscrit de 3ème pillier car j’étais en CDD. J’ai trouvé dans la foulée un CDI à Bâle, je reste toujours frontalier et j’habite toujours en France (dans ma région natale, L’Alscace). (j’ai 28 ans)

Question 1 : comment dois-je m’y prendre pour faire une peu d’optimisation fiscale (en placant des sous quelque part). J’aimerais m’y prendre dès maintenant car j’ai un peu de temps en ce moment. À qui dois-je m’adresser ? une banque (car j’ai vu que le credit agricole grand est entre autres avait ouvert un espace frontalier) ? un cabinet de contable ? Dans ce dernier cas, avez-vous des cabinets à recommander ?

Question 2 : j’aimerais faire un placement pour la retraite et j’ai vu qu’il n’est plus possible de faire un 3ème piller pour frontalier, avez-vous en tête quelques alternatives. Pour ça bien sûr j’irais voir ma banque mais je voulais me renseigner préalablement.

Merci beaucoup,

Et si je peux aider à mon tour, c’est avec plaisir ! :wink:

Bonne jounrée à tous !

seb

bonjour,
pour vos questions je pense qu’un placement immobilier est le meilleur choix.
Profitez-en la loi Pinel ne fonctionne encore cette année, pas sûr qu’elle sera reconduite l’an prochain !

Ceci permettrait d’économiser des impôts durant maximum 12 ans et d’avoir un complément de revenu le jour de la retraite.
Cerise sur le gâteau les taux d’intérêts sont au plus bas.
Et vu votre jeune âge, les banques ne seront pas frileuses comme elles le sont lorsqu’on atteins la cinquantaine.

Déjà faut éviter d’aller voir des pseudo conseillers fiscaux…

Suivant sa situation personnelle, il faut déjà considérer à acheter sa résidence principale.

La loi Pinel faut faire attention car le jour ou tu va travailler à Zurich, Genève ou que tu déménage à l’étranger et bien cela ne marche plus, avec le risque de devoir rembourser les déductions d’impôts.
Mieux vaut se concentrer à faire un bon investissement locatif, ce qui n’est pas si aisé, ensuite si il y’a moyen de faire du Pinel pourquoi pas. Il faut aussi mesurer la différence loyer Pinel et libre, voir si ça vaut le coup.

J’attends de voir comment va évoluer l’imposition des actions, actuellement la fiscalité sur l’investissement en capital risque est aberrante et peu incitative.

Bonjour,

Question 1:
avant de chercher à faire de l’optimisation fiscale, il faut définir à quel point votre situation fiscale actuelle est stable.
Situation actuelle: vous travaillez à Basel et êtes imposé sur les revenus par la France.
Si demain vous travaillez à Genève, vous seriez imposé sur les revenus par Genève.

Je répondrais que la stabilité de votre situation est à l’année civile. Ce qui veut dire que l’optimisation fiscale de l’imposition sur vos revenus salariés ne devrait pas dépendre d’engagements supérieurs à 12 mois.
Ensuite, ils doivent (pour le moment) dépendre du droit fiscal francais.

Par conséquent, je ne vous conseillerai pas d’investissement locatifs (par exemple) aux fins de réduire votre impôt sur le revenu.

Enfin, l’optimisation fiscale dépend grandement de vos revenus. Sont-ils assez élevés pour le justifier?

La 1ère optimisation fiscale consisterait peut-être à devenir résident suisse, pour bénéficier des avantages du 3e pilier et de rachat du 2e pilier.

Question 2: le 3e pilier est encore possible pour les frontaliers, si c’est un 3e pilier bancaire. Le 3e pilier assuranciel n’est plus accessible aux frontaliers.
Mais ce n’est pas intéressant pour vous, car l’intérêt du 3e pilier consiste à déduire investissement du revenus imposable en Suisse (et vous êtes imposable en France).

Chacun définit ce qui est important pour sa retraite, et le priorise:

  • avoir une maison payée
  • avoir une maison au soleil
  • avoir une rente élevée
  • avoir un capital…

Donc c’est à vous de définir vos priorités avant de chercher l’investissement adequat.

Point spécial sur les conseillers et les banques:
le conseiller n’est pas le payeur, mais est le vendeur!
Son conseil dépendra souvent de son point de vue et de ses connaissances (rarement spécialisées sur la question des frontaliers) MAIS SURTOUT en fonction des objectifs qu’il a en tant qu’employé. on vous vendra du Pinel (économisez jusqu’à 3’000 euros !), de l’assurance vie (et en plus c’est cessible!), des PEA, PEL, PERP… pleins de trucs franco-francais que:
1/ vous ne comprendrez pas
2/ vous engagent sur 10-20 ans alors que Macron est en train de revoir la fiscalité de fond en comble.

Vu qu’avant tu travaillais avant à Genève et maintenant à Bale, commence à mettre de l’argent de côté et en premier lieu l’impôt sur le revenu que tu aura à payer en différé d’un an…
Sinon NicolasC a bien résumé

Edit: et tes cotisations CMU bien sûr! Qui du coup n’est pas ce qui est de plus optimal…

L’investissement locatif dans l’ancien permet de déduire l’ensemble des travaux de rénovations de ses futurs revenus fonciers. Le déficit foncier qui excède le revenu foncier est déductible de ses revenus salariaux à hauteur de 10700 euros. Les déficits fonciers sont reportables sur 10 ans.

Exemple: Tu achètes un petit immeuble dans le coin de Huningue. Tu changes fenetres/chauffage/toiture/electricité. Cela te fera qqs 100000 euros de déficit foncier la première année.

Tu finances le tout entièrement par un prêt.

Vote avis?

Si tu as un bon revenu et que tu es celibataire, alors il vaut mieux que tu tentes de passer en Lamal.
Comme tu as changé de canton, essaie quand même de demander une affiliation en Lamal auprès du SAM du canton de Bâle.
A Bâle le SAM s’appelle le KVG

Demande leur simplement si tu as le droit de t’affilier à la Lamal car tu viens de commencer à bosser à Bâle.
(sans mentionner que tu bossais à Geneve auparavant)

S’ils te disent oui tu as gagné. Ce n’est pas faute si les cantons ne communiquent pas entre eux!

Le formulaire de contact est ici:

Indique ta demande en français: je vous contacte afin de déterminer si je peux exercer mon droit d option pour la Lamal.

En fonction de leur réponse tu continueras ici:

Bonjour Sundgau,

Sur le principe, et dans un environnement fiscal normal, j’approuve. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait il y a quelques années, en 2007 et 2008

MAIS, Huningue est en France. Et la France a un environnement législatif grandement instable.

Depuis que j’ai investi:

  • il y a eu la réforme de la taxe d’apprentissage (valable dans le cas des LMNP)
  • il y a eu l’obligation de passer par un centre certifié pour transmettre sa déclaration d’impôts pour les LMNP
  • il y a la loi ALUR qui limite les loyers
  • il y a les nombreux diagnostics obligatoires qui ne font que s’additionner
  • on parle maintenant de supprimer la taxe d’habitation, ce qui va très probablement augmenter les taxes propriétaires, et de modifier la fiscalité de l’immobilier
  • les locataires sont de plus en plus protégés, donc gare aux impayés

Je suis en train de sortir de mes investissements immobiliers

Malheureusement tu as raison pour ces points.
Mais à long terme qu’y a t il de plus rentable comme investissement (je parle bien de qq qui investit pour sa retraite)?

Je suis d’accord, mais pour moi, plus en France. La fiscalité et la réglementation est beaucoup trop instable pour un investissement sur 20-30 ans.
Je réfléchi notamment à investir dans l’immobilier de montagne en Suisse.
L’emplacement étant le plus important dans l’immobilier!

2 messages ont été déplacés vers un nouveau sujet : Investissement immobilier

Whaou merci beaucoup pour vos réponses très complètes, ça donne matière à étudier ! C’est super ! Merci pour votre aide !

Merci aussi sungau, je vais préparer ces formulaires!

Par rapport à ce que vous dire l’immobilier à pas l’air d’être un très bon placement…

Et en plus j’ai besoin, je pense, de placer un peu d’argent pour la retraite… car sans 3eme pillier les retraites en Suisse c’est pas top. Du coup si on peut defiscalier les placement en assurance vie, je pourrais placer des sous dessus pour la retraite non ? Ça peut se faire ?

heu si ca peu vous rassurer on peut parler des retraites francaises :stuck_out_tongue:

2 messages ont été intégrés dans un sujet existant : Investissement immobilier

Optimisation fiscale: méfiez-vous. Pourquoi l’état vous ferait-il un cadeau ? Ce qu’il ne vous prend pas aujourd’hui il vous le prendra demain et avec intérêts. Voilà pour le principe général.

Ensuite, sur le long terme, à mon avis le meilleur placement que vous puissiez faire c’est un placement immobilier y compris en empruntant à une banque. Et en particulier pour votre retraite. Mais compte tenu de votre âge je vous conseillerais de penser à la revente suivie d’un achat puis éventuellement d’une revente.
Cependant il faut être très sélectif et penser à trois choses:
1/- Le cas échéant, ce bien immobilier pourra-t-il me servir de résidence principal ?
2/- Vais-je pouvoir en tirer un revenu locatif si ce n’est pas ma résidence principale?
2/- Si je veux le revendre, la revente sera-t-elle facile ?

Méfiez-vous des placements financiers car leurs revenus sont très fortement taxés ce qui leur confère un rendement réel epsilonesque.

Vous vous préoccupez de votre retraite: c’est bien. Dans ce cas soyez très très méfiant: ne vous mariez jamais !

En effet, en Suisse en cas de divorce, les droits à la retraite acquis pendant le mariage sont partagés en deux. Cela concerne l’AVS et le 2ème pilier. Et ceci quel que soit le régime matrimonial.

Par conséquent plus votre mariage durera longtemps, plus la part de retraite que vous perdrez sera grande.

Soyez aussi conscient que vous aurez à partager le patrimoine commun acquis pendant le mariage. Si c’était vous qui gagniez le plus, vous pourriez être extrêmement perdant. Au final tout risquerait de se passer comme si vous aviez fait vos études pour … quelqu’un d’autre !

Si malgré tout vous vous mariez, choisissez absolument la séparation de biens. Personne ne viendra vous dire ce que vous devez partager ou pas. Vous conserverez votre liberté de partager ce que vous voulez partager: personne ne viendra vous imposer ses choix. Cependant que dans tous les cas, le mariage impliquera quand-même que vous perdiez votre retraite (AVS et 2ème pilier), soit en la partageant dans une vie commune soit en la partageant pour cause de divorce. Il faut bien avoir cela en tête avant de se marier.

N’oubliez pas que plus d’un mariage sur 2 se termine par un divorce. Donc cela n’arrive pas qu’aux autres.

Vous n’en mesurez peut-être pas les enjeux car vous êtes jeune et que la retraite c’est loin, mais cet enjeu est colossal. Très peu de gens ont conscience dès le départ de tout ce qu’'implique le mariage à cause de la vision mythique véhiculée dans la littérature, les médias, l’éducation que nous recevons.

Le cas échéant suite à un divorce, bien qu’éventuellement moins diplômée que vous, votre future ex-femme pourrait se retrouver avec une retraite supérieure à la votre. Il lui aurait suffit pour cela d’avoir commencé à travailler avant vous, la durée de vos études vous ayant empêché de le faire: son 2ème pilier d’avant le mariage étant supérieur au votre, vous pourriez ensuite gagner 3 fois plus qu’elle, votre retraite sera toujours inférieure à la sienne en cas de divorce.

Méfiez-vous également si vous vous mariez en France, rien ne dit que de telles pratiques ne seront pas un jour introduites dans la législation Française. En l’état actuel du droit Français, les droits à la retraite sont des biens propres et non des biens communs, mais si j’étais jeune je me méfierais grandement: qui peut dire ce que sera notre droit dans 20 ans ? Car en matière d’implications du mariage c’est à cet horizon là qu’il faut raisonner.

Un jour je lisais un article qui commençait ainsi:

Connaissez-vous une situation où vous risquez de perdre 50% de vos biens, les deux tiers de votre revenu annuel et la moitié de votre retraite, suite à une seule décision ?
Non, ce n’est pas la guerre. Ni la mort. Ni les impôts. Ni la bourse. Ni même une faillite d’entreprise. Votre risque le plus probable, c’est le divorce donc le mariage !

Eh oui, sans mariage pas de divorce possible …

PS:
Contrairement à ce que laisseraient penser mes écrits, je ne suis pas divorcé. Mais j’en ai vu tellement autour de moi se faire plumer que je me fais un devoir de bien prévenir tout le monde, en particulier les jeunes, des risques qu’il y a à se marier.

2 Likes

Une chose à ajouter sur ce point:

En cas de mariage, au moment de la retraite, l’AVS n’est pas versée à 100% x2, mais à 150% x1
Le même couple qui ne s’est pas marié touche l’AVS x2!

1 Like

Hé oui, le mariage est véritablement une horreur: à fuir comme la peste.

en parlant d’optimisation fiscale, voir le doc ci-dessous :imp:

Les députés ont voté la suppression de leur indemnité représentative de frais de mandat.pdf (106,1 Ko)

je me demande si quelqu’un surveillera les factures…

genre achat d’une résidence secondaire, achat d’une voiture etc etc
car oui, certains sont doué pour ce genre de magouilles

Intéressant mr341,

Mais voyons l’autre aspect. Cette indemnité sert à rembourser l’équivalent des frais de déplacement professionnels. Ce ne doit donc pas être un élément de rémunération, mais de défraiement, et donc il est illogique que la CSG CRDS s’y applique. Tout comme il est illogique qu’elle soit versée sans justificatifs.

Je vois une sortie purement politique de M. Le Fur, sur un aspect qui n’avait à mon avis pas été remarqué.

Bref, je préfère ce nouveau système