Impot et retraite placer en France

Bonjour,
Je poste ici, je n’ai rien trouvé sur le forum.
Je suis licencié économique à Bale et en même temps je prendrais la pré-retraite a 57 ans au 1 mars 2018.
Le mois de janvier et février 2018 ne serons pas payé car 10800 CHF me seront pris par la AHV.
Puis-je les récupérer ?
Je voudrais prendre tout mon capital en France et a la banque on me dit que je payerai 7% d’impôt en France et en Suisse.
Comment faut-il faire pour récupérer mon impôt payé en Suisse ?
Merci pour votre aide. TOP ce forum
Jean-marie

pourrez pas prendre le capital à 57 ans, sauf à être résident hors Europe

Bonjour
Si je peux ,j’ai deja les documents et tout est chifré

alors vous êtes chanceux, c’est la boite suisse qui paie la pre retraite

consultez le cdtf, y a des décisions à prendre pour la retraite qui peuvent être lourdes de consequences €€€ concernant l’assurance maladie, csg, polypensionné oui ou non, fiscalité etc…

sinon, le formulaire pour récupérer l’impot sur les prestations en capital est ici

ah oui exact,
c’est vrai que de ce coté mon banquier me la fait souvent remarqué.
Je voudrais donc prendre tout le capital et le laisser en euro en France ,le court ne m’inspire aucune confiance
pour l’avenir (mais ne c’est on jamais) de plus je peux eviter les ballotage du court vers la baisse.
l’inverse m’aurait été préférable.

la prudence serait de conserver 50% en CHF en Suisse et 50% en € en France, au cas où l’€, on sait jamais…

Tranquille ,merci du coup de main.
Je me suis deja renseigné chez tout mes collègues et aucun ne savais me répondre.

effectivement,mon banquier ma dit la meme chose,mais je suis un peu frileux de ce coté ayant peur de perdre sur le capital ce qui toucherais les mensualités de ma retraite.
ou peut etre y a t’il quelque chose que je n’ai pas compris.

sur la feuille de décompte je n’ai pas vu cette possibilité de faire 50% Suisse et 50% France.mais j’imagine que vous voulez dire sur compte CHF et compte euro

non, une fois que tu a touché le capital, il s’agit plutôt de pas mettre tous les oeufs dans le même panier…
La France fauchée ( ça va pas s’arranger avec un Macron qui réforme pas la caste des protégés ) peut chyprer tes comptes en France, Euro ou CHF, mais elle aura plus de mal s’il y a une frontière entre.
Pour les avoirs en €, c’est également plus sûr au Luxembourg qu’en France, le capital y est garanti, vous pensez bien que la garantie des comptes de 100 000€ en France par compte est en chocolat, on vous paiera …dans 25 ans…

il faut savoir que la dette Française est garantie par le bas de laine des Français, et que l’Etat se servira sur tes comptes en France ou t’empechera de retirer tes sous ( ça a été voté cet hiver ) quand ça chauffera trop pour ses fesses, par mesure de salut national, pour continuer de payer ses protégés et il te rendra l’argent dans …25 ans…

Bref, mieux vaut se prémunir quitte à avoir des frais bancaires supplementaires et un rendement moindre, la sécurité d’une frontière n’a pas de prix. Prendre également une carte de credit sur le compte suisse, histoire de pas se retrouver comme les grecs qui pouvait plus que retirer que 50€ au distributeur quand il y avait le bank run.

1 Like

un lien au Luxembourg peut etre ? et a qu’elle prix ? declarer au impot,j’imagine ,mais ou ce trouvera le LOUP ’

prenez rdv en suisse chez ubs, il font le luxembourg :sunglasses: ( l’UBS suisse n’a plus le droit de démarcher des clients français en France, mais vous pouvez aller les voir en Suisse :joy: ).
Les banques en France sont à la solde du gvt, économie de conivence…prenez surtout pas de PER qui est une arnaque absolue…ni aucune assurance vie en France ( ils peuvent vous empêcher de récupérer vos avoirs, la loi Sapin a été votée ) ( mais au Luxembourg ).

Devant la mauvaise volonté du gvt et des CPAM à régler l’assurance maladie des frontaliers, ne laissez plus aucun € en France. Vos dépots en France ne servent qu’à garantir la dette Française, donc à perpétuer la politique actuelle. Plus vous déposez, plus la France pourra enprunter … pour payer toujours plus de fonctionnaires pour vous détrousser…Je ne comprends pas la hâte des frontaliers à tout rapatrier pour le déposer au Credit-Mutuel…

2 Likes

Etant précisé, qu’en matière de conseil patrimonial, il n’existe aucune règle d’application générale valable pour tous puisque, par définition, le patrimoine de chacun est différent.

Néanmoins on peut donner quelques axes surtout qu’il y a des placements qu’il faut éviter ; étant entendu qu’il faut sérieusement envisager un risque de krach sur la dette française à échéance entre 6 mois et 10 ans avec pour effet une forte récession et des mesures étatiques autoritaires (contrôle des changes et des mouvements de capitaux, annulation de dettes de l’Etat sous des formes diverses …). Il faut en effet être persuadé que l’Etat fera alors absolument tout ce qui est en son pouvoir pour récupérer l’argent en circulation, organiser les circuits financiers à son profit, pénaliser certains placements et taxer tout ce qui est taxable ! Voir mon article sur ce sujet (ici).

En tant que citoyens d’un pays membre de l’UE nous disposons néanmoins, à ce jour, d’un énorme avantage : la liberté de mouvement des personnes et des biens au sein de l’UE, y compris des capitaux.

Cela contrarie d’ailleurs énormément les autorités françaises (Bercy) car toute sortie de capitaux hors de France est perçue en haut lieu comme un manque à gagner fiscal … et, actuellement, il y a d’importantes sorties d’argent ; lequel va se réfugier dans les autres pays de la zone € ou hors UE par peur en particulier des mesures préconisées par le FN (les riches et les moins riches ne sont franchement pas convaincus par un retour au franc français et des mesures protectionnistes !).

Le temps disponible :

Le facteur temps est nécessairement prépondérant car ce n’est pas au moment où le problème se pose qu’il faut commencer à réfléchir à la question. A ce moment là, en général, il est déjà trop tard ! La démarche doit donc être réfléchie pour ne pas avoir à agir dans la précipitation !

La nature des placements :

Si vous n’avez pas confiance, la règle devrait être : aucun actif dans le pays douteux ; ni monétaire, ni mobilier ni immobilier ! Seulement, ce n’est pas vraiment simple surtout lorsqu’on a fait sa vie dans le pays en question !

Les placements qu’il faut absolument éviter sont essentiellement les placements financiers.

Il s’agit en particulier de tous les placements en dette étatique surtout quand les états sont en mauvaise posture comme c’est le cas de la France car l’Etat n’est pas un débiteur ordinaire ; en particulier on ne peut pas le contraindre au paiement notamment lorsque ses agissements sont couverts par une disposition légale votée par le Parlement.

Cela concerne donc tous les placements obligataires directs ou indirects qui ont un rapport plus ou moins étroit avec le système financier français car, dans l’hypothèse d’un problème sur la dette, tout le système financier sera impacté et notamment les banques et les compagnies d’assurances gavées d’OAT du Trésor ; ce qui permet d’éliminer les contrats d’assurance-vie, les obligations émises par les banques et tous produits financiers qui en dérivent ; soit à peu près 80% des placements financiers nationaux !

Les risques de ce type de placement sont de deux ordres :

d’une part actuellement, les taux d’intérêts sont bas ou nuls; ce qui ne va pas durer ! ce type de placement ne rapporte donc rien actuellement et sera complètement dévalorisé le jour où les taux se mettront à remonter car tout le monde essaiera de se débarrasser de ces titres à taux zéro ou faible ! En effet, comme ces titres sont cotés, leur cours va nécessairement chuter.
d’autre part, en cas de krach sur la dette, l’Etat ne pourra pas résister à la tentation de réduire sa dette … en commençant par ce type de placement; par exemple en appliquant à toutes les OAT en cours une décote (le titre émis à 100 ne sera remboursé qu’à 80).
Mais détenir plusieurs dizaines de milliers d’€ sur un ou plusieurs comptes à vue en France n’est pas non plus une bonne solution car c’est la proie rêvée d’un Etat aux abois !

L’alternative peut être de détenir des billets de banque (surtout portant la lettre X : émis par l’Allemagne qui seront au pire repris par celle-ci au prix du DM) ; avec la restriction que la détention d’espèces à son domicile pose évidemment des problèmes de sécurité et peut s’avérer un mauvais calcul en cas d’inflation.

On peut certes opter pour l’ouverture d’un coffre mais attention vous devez déclarer, pour des raisons d’assurance, la valeur de ce que vous y stockez. Evitez les billets émis par le pays suspect (pour nous marqués U) car, en cas de tensions sur la zone €, ils devront nécessairement revenir à la Banque de France et pourront même être démonétisés en cas de suppression du cash. Je vous renvoie à mon article sur le sujet (ici).

Conformément aux règles de liberté de circulation au sein de l’UE, il est possible d’ouvrir un compte non résident dans n’importe quel pays de l’UE et a fortiori de la zone € mais vous vous apercevrez que l’exercice peut devenir compliqué car il existe un modus vivendi bancaire qui veut que les banques nationales se réservent leur clientèle nationale et donc « ne chassent pas » les clients des autres pays. Vous risquez donc de vous heurter à de nombreux refus !?!

A contrario, cette liberté n’existe pas pour les transferts hors de l’UE …

A partir de ce compte étranger, vous pourrez faire des placements comme d’habitude mais évitez, bien sur, les placements en dette étatique française, italienne ou grecque …

Il faut aussi éviter les actions de sociétés cotées pour des raisons assez complexes liées à la nature du placement lui-même mais aussi au niveau d’activité après un krach. Le placement en actions reste toujours risqué (possibilités de pertes en capital) et en cas de krach économique suivi d’une violente récession il y aura naturellement un effet sur la valeur des actifs boursiers (entre -20 et -50% au minimum).

Par ailleurs, le marché des actions est actuellement un marché de bulle lié à la politique accommodante de la BCE ; les établissements financiers étant pour l’instant gavés de liquidités gratuites qu’ils placent sur les marchés ; faisant artificiellement monter les cours. Là encore, le jour où l’accommodement monétaire s’arrêtera, la bulle éclatera et les cours des actions reflueront (au minimum de 20%) !

Le marché des actions est en outre largement informatisé et automatisé, c’est à dire que les professionnels font appel à des logiciels qui surveillent les cours et détectent les anomalies à la hausse ou à la baisse afin de pouvoir réagir très rapidement (quelques millisecondes !).

Evidemment, ces techniques rendent le marché très moutonnier puisque tous les ordinateurs de gestion sont programmés pour réagir de la même façon au moindre évènement à la hausse ou à la baisse ; ce qui peut entraîner de violents coups d’accordéon et des krachs intempestifs !

Enfin, avec l’irruption du THF (trading à haute fréquence) la durée de détention moyenne des actions est extrêmement brève (quelques minutes !?!) puisqu’un opérateur peut acheter et revendre les mêmes actions plusieurs milliers de fois en quelques secondes ; à seule fin de gagner des centièmes après la décimale un nombre colossal de fois !

Le marché apparaît donc extrêmement volatile et absolument inaccessible en gestion directe pour un particulier. Le bouillon est assuré.

L’achat de parts dans des fonds d’investissement procède de la même logique étant entendu que vous en déléguez la gestion à des « professionnels » compétents … ou pas !

Restent les placements non financiers, moins liquides mais plus sûrs.

Si l’on veut éviter les placements financiers, il faut donc se tourner vers des formes alternatives, plus ou moins atypiques, au nombre desquelles on peut comptabiliser les métaux précieux, les œuvres d’art, les voitures de collection, les diamants, les montres. Il s’agit souvent d’une question de goûts ou de préférences.

Concernant les voitures de collection, tout comme les œuvres d’art, il existe un côté fortement spéculatif qui rend le placement aléatoire et tout le monde n’a pas les moyens de placer ses liquidités dans des tableaux peints par Renoir, Van Gogh, Velasquez, Goya et autres ; bien que, concernant les œuvres d’art, il s’agisse d’un véritable système légalisé d’évasion fiscale … qui peut être remis en cause à tout instant par l’Etat !

Un certain nombre de politiciens français sont connus pour « investir » leurs confortables revenus dans des montres de grand prix, fabriquées à la main, numérotées et « valant » entre 50.000 et 100.000 € pièce; étant entendu que ce placement un peu atypique reste pour l’instant assez marginal et réservé à un cercle d’amateurs avertis. Ce marché est, comme pour les biens de collection, relativement étroit. Ce type de placement ne rapporte rien mais il est très discret et susceptible de générer, si on est patient, des plus-values échappant à l’impôt.

Le marché du diamant (en vrac sous paquet cacheté) est aux mains de certaines multinationales spécialisées (De Beers) et reste réservé à des connaisseurs ; compte non tenu du fait que le marché n’est coté que par les multinationales spécialisées ; ce qui ouvre la possibilité de variations importantes de cours plus ou moins inexpliquées.

L’or et les métaux précieux bénéficient d’une « cote d’amour » chez nombre de français (le bas de laine).

Attention tout de même, n’ont de valeur que les métaux en lingots ou barres. Les bijoux sont en général payés à une valeur très au dessus de la valeur en métal et contiennent souvent peu de métal. L’or pur est à 24 carats (99/°°°) alors que les bijoux sont souvent à 18 carats (1/4 d’or !). Quand on achète un bijou on paie surtout le bénéfice du bijoutier !

Néanmoins, l’argent métal ne vaut pas grand-chose et, contrairement à certaines croyances, l’or n’est pas une monnaie (en tout cas ce n’est plus une monnaie), c’est une matière première et c’est un placement qui présente plusieurs défauts : il subit en France une fiscalité très lourde qui le rend peu attractif (tant à l’achat qu’à la revente), sa détention ne peut pas être anonyme car les achats sont obligatoirement révélés au fisc et il ne rapporte rien ! L’alternative est d’acheter de l’or à l’étranger sur des marchés qui respectent l’anonymat.

Bien évidemment, à son propos il faut se limiter à l’or physique. Les certificats dématérialisés prétendument assis sur un stock d’or sont à proscrire car on ne peut exclure des manipulations des cours et des problèmes de stocks déclarés pas toujours en rapport avec la réalité.

Les pièces en or (Napoléon) gardent une valeur très incertaine car celle-ci n’est pas liée à leur poids réel en métal précieux et le prix payé est toujours supérieur au poids réel en métal précieux (surcote).

Le problème c’est que pour détenir de l’or, il faut pouvoir bénéficier de mesures de sécurité (coffres, ports francs) car on ne peut exclure le risque de vol. C’est enfin essentiellement un placement de sécurité qui présente néanmoins une immense qualité : il existe une cote officielle (à Londres) et il est accepté facilement dans le monde entier bien que difficilement transportable.

Reste enfin l’immobilier (maisons, terrains, appartements, forêts, places de parking) qui reste l’un des placements favoris des français car il est censé conserver une valeur intrinsèque stable avec pour effet de lui permettre de « prendre de la valeur » en période de forte inflation (en fait c’est la monnaie qui perd de la valeur).

On peut donc le considérer comme relativement sûr mais d’une part, l’immobilier reste cher (en France en particulier) à l’achat (mise de fonds importante) et en entretien (charges et taxes) et a d’autre part le très gros défaut d’être fixe et de n’être cessible qu’après des formalités longues et complexes ; ce qui nuit à la fluidité du capital. Par ailleurs, en tant que bien réel fixe il est aisément taxable par l’Etat et reste un gisement fiscal quasiment illimité !

Bien entendu, il vous est possible d’acheter un immeuble à l’étranger ; à condition de vous entourer des précautions nécessaires et en tenant compte de la législation locale. Ainsi, en Grèce, il n’y a pas de cadastre et …quelques fois, les hellènes sont tentés de vendre le même immeuble plusieurs fois !

A acheter de l’immobilier, il faut éviter les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier c’est à dire la « pierre-papier ») car ce ne sont pas des sociétés cotées et leurs titres ne sont cessibles que s’il y a un acquéreur !

Que reste-t-il après ces considérations car rien ou presque n’est sûr !

La règle de base est donc de ne pas détenir d’actifs taxables (financiers ou réels) dans le pays mais, sauf à émigrer et tout quitter ce qui est tout sauf aisé, on demeure, à un degré plus ou moins important, une cible notamment lorsque l’on est propriétaire de sa résidence principale !

Evidemment, changer de zone monétaire reste envisageable mais il ne faut jamais perdre de vue qu’il y a des risques de change (les acheteurs de GB £ doivent s’en mordre les doigts car la £ s’est dépréciée de 15% depuis l’annonce du Brexit). Néanmoins, la dette US reste sûre car les USA sont la première puissance économique au monde et ils présentent une particularité unique : leur monnaie, le dollar, est LA monnaie des transactions internationales et c’est la monnaie de refuge par excellence.

La réaction étatique :

Bien entendu, vous devez toujours tenir compte de la législation en vigueur qui peut devenir extrêmement fluctuante et il faut anticiper, dans le cadre d’une réflexion qui n’a rien d’évident, les décisions de l’Etat.

C’est le cas, notamment, du décret du 05 décembre 2016 consulter (ici) concernant les transferts de fonds intra européens et qui impose d’effectuer certaines déclarations auprès des douanes françaises dans des conditions actuellement non déterminées (formulaire Cerfa n°13426*04) modèle (ici) tout comme vous devrez pouvoir justifier à tout moment de l’origine des fonds auprès de la banque d’accueil et du fisc.

Détenir de l’or en France peut devenir très délicat surtout si l’Etat décide, sous la pression des évènements, de confisquer les avoirs des particuliers (en échange de papier … sans valeur). Les USA avaient ainsi interdit la détention d’or par les particuliers dans les années 30 mais, à l’époque, le dollar était convertible en or.

De la même façon, rien n’interdit à l’Etat de décider que l’ISF s’appliquera aux immeubles d’une valeur de 500.000 € et plus ; faisant entrer de ce fait nombre de français dans le cercle de la captation fiscale ; sans moyen d’y échapper !

Déplacer ses avoirs vers la GB oblige évidemment à opérer une opération de change (de l’€ vers la £) mais aussi à tenir compte des conséquences du Brexit dont aujourd’hui personne ne peut dire ce qu’il va donner puisque, n’en déplaise à certains, il n’a pas encore commencé !

Un dernier point, oubliez le compte en Suisse numéroté ou pas, ce pays rejette les candidats français pour des comptes non résidents et, d’ailleurs, les banques suisses ferment d’autorité les comptes des français non résidents suisses par peur de représailles de la part des autorités françaises ; la seule dérogation non écrite étant les comptes créditeurs supérieurs à 10 millions €.

Enfin, détenir un compte à l’étranger non révélé à l’administration fiscale française, dans un paradis fiscal, est une fraude fiscale qui entraîne, en cas de découverte, l’engagement de poursuites fiscales et pénales dont il faut mesurer l’ampleur.

Car, bien entendu, si vous êtes résident français, vous devez déclarer au fisc la totalité de vos avoirs et de vos revenus à l’étranger (lors de la déclaration de revenus annuelle).

Conclusion, quelle que soit l’option que vous choisirez, il y a toujours un risque fiscal ou économique.

A vous de choisir !

2 Likes

Euhh. Dites Reitzherr, citer la source c est bien.
Mais la c est un sacre copie colle

Avez vous eu l autorisation de le faire ou tout au moins informe l auteur??

Merci pour toute ces infos,après cela je me dit que d’un coté comme de l’autre je perdrais de mon argent en France c’est sur et au Lux ,Suisse, etc, tout autant.
N’importe comment il y aura des taxes ,impôt etc des deux coté .
Bonne journée

faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

Les pays en quasi faillîte, France, feront n’importe quoi pour gratter l’argent qui traine en France, pour celui en Suisse et Luxembourg, ils auront plus de mal.

Si vous virez des € de France vers le Luxembourg, vous êtes quasiment assurés d’avoir affaire à Tracfin et au fisc, alors que vous êtes dans votre bon droit.

C’est plus facile de virer de Suisse vers Luxembourg, c’est pourquoi je comprends pas la hâte des frontaliers de tout virer vers le piège à souris français…Un peu de résistance des frontaliers serait à mon avis bénéfique pour le bras de fer entre Frontaliers et Admin Française, l’argent étant le nerf de la guerre et non les TASS qui ne sont qu’un simulacre de justice.

Au lieu de bêler auprès des autorités, autorités qui vous emmerdent de toutes façons, faites des virements réguliers au Luxembourg et faites le savoir aux autorités avec une belle lettre expliquant pourquoi.

Multiplié par 10 000 frontaliers en délicatesse avec la CPAM, ce sera plus efficace, l’argent des frontaliers représentant plusieurs milliards annuels, on est dans le même ordre de grandeur que l’argent que cherche désespérément Macron pour boucler l’année sans que Merkel se fâche…

2 Likes

Oui, tout cela me parait`tout à fait juste…
.
Un grand merci de nous avoir bien exposé tout ça, cela est hautement d 'actualité et pourra servir.
.
Je prends la plus part de ces dispositions depuis quelques temps déjà , on n’est jamais sûr de rien…
.
En plus, un pays qui va aussi mal, aura des problèmes sérieux pour s 'en sortir à l 'avenir.

Les scénarios catastrophe concernant l ’ Euro se multiplient… On en rigole mais cela peut tout à fait arriver.

Le gouvernement fera main basse sur les livrets et les assurances-vie quand cela ira mal, il ne faut pas se faire d 'illusions.
.
Voilà donc la énième secte au pouvoir, la secte du macaron et aucunes réformes structurelles d 'engagées comme l 'avait fait Gerhard Schröder il y a déjà 15 ans. L 'Allemagne n ‹ est certes pas parfaite, mais on avait engagé des réformes à temps. …=> Madame Merkel en profite largement aujourd ’ hui.
.
Elle a ainsi pu conduire sa politique sur des bases saines… En France , on fait de la politique fiction à
l ’ échelon mondial alors qu ’ il n › y a rien dans le porte-monnaie…!! :laughing: :laughing:
.
Incorrigibles ces Français…La France fait du surplace et vit largement au dessus de ses moyens…
.
Je la classe comme étant un des pays les moins fiables avec l ’ Espagne et l ’ Italie.
.
Les frontaliers ont une chance inouïe de pouvoir investir des deux côtés de la barrière.
Encore faudrait-il le faire correctement et efficacement.
.
Une grand handicap en France reste la CSG/RDS sur tout …et de facto, cela plombe tout …